Résumé :

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses sœurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.

Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues…

Merryvère est, ce qu’on pourrait appeler dans notre monde, une cambrioleuse. Elle se laisse entraîner dans un nouveau contrat qui pourrait lui rapporter gros à elle et ses deux sœurs. Sauf qu’évidemment, lorsque les offres sont trop alléchantes, il y a anguille sous roche. Tout ne se passe pas comme prévu. Pire, elle se retrouve à fuir pour échapper à ses poursuivants.

L’auteur a le mérite d’avoir créé un univers sombre et atypique. Un monde qui lui est complètement propre. On reconnaît quelques particularités de notre monde par ci par là mais il a réussi à en faire des caractéristiques de son monde. Grisaille a ses propres codes et modes de fonctionnement. Et rien qu’avec ça, il a remporté mon adhésion dès les premières lignes.

Le plus gros défaut de ce livre ? On ne peut absolument pas le lâcher tant qu’il n’est pas terminé. A la moindre minute de pause, je m’empressais de revenir le lire. Et quelle déception lorsque je devais m’arrêter, souvent à un moment génial.

Plus sérieusement, j’ai eu un peu de mal au début dans les changements de période de temps. Je ne savais pas toujours si l’histoire se situait avant ou après ce que je venais de lire. En avançant dans l’histoire, j’ai rapidement remis les morceaux dans le bon ordre et finalement, ce n’était pas une si grosse gêne que ça.

Le style de l’auteur est à la fois simple et tellement riche, c’est un véritable plaisir à lire. Entre ça et l’histoire, impossible de ne pas adhérer. Et sans même parler du travail de mise en page que j’ai beaucoup aimé également.

Quant aux personnages, j’ai adoré la dernière sœur : Dolorine. Peut-être même plus que le personnage principale. Les relations entre les trois sœurs sont bien travaillées, on a l’impression de vivre au sein de cette famille.  J’ai quand même hâte d’en savoir plus dans le second tome, on suppose aisément qu’il y a bien plus à apprendre et notamment de Monsieur Nyx. Enfin j’espère parce que sinon, je serai tellement déçue qu’il n’y ait rien de plus.

En somme, que ce soit l’univers, les personnages, l’histoire, j’ai tout aimé. Pour un premier ouvrage, c’est épatant. Il y a parfois quelques maladresses mais rien qui n’entrave la lecture et pourrait me rebuter. Par contre la fin, c’est juste horrible cette fin abrupte. Comment suis-je supposée patienter jusqu’au second tome maintenant ?

Note globale : 9/10

© Elwee

Publicités