Résumé :

Rekk est gladiateur, puis soldat dans l’armée impériale.

Dans le bourbier des jungles Koushites, il se fait repérer par l’empereur, devient son instrument pour soumettre les barbares et son bras armé pour toutes les basses oeuvres.

Il devient un homme craint et haï, dont la réputation ne cesse de grandir.

Mais sa légende lui échappe et ses proches en subissent les conséquences.

 

Rekk est un enfant des bas quartiers, fils d’une prostituée. Enfin ça, c’est ce qu’il croit. Ce qu’on lui a fait croire parce qu’au fond, ça arrangeait tout le monde. La vérité est difficile à gérer quand on l’apprend toujours trop tard, sans avoir le temps de s’y faire, de l’accepter. Rekk est en fait le fils d’un gladiateur reconnu et d’une femme mariée. Comme son père, il va devenir un gladiateur hors pair. Au point d’attirer l’attention de l’empereur.

Je suis complètement fan de Rekk mais en même temps il me fait peur, j’ai le même ressentiment que les autres personnages. On ne sait pas trop de quoi est capable ce jeune homme. D’un côté il nous attendrit et puis, d’un coup, il a une réaction tellement violente que l’on ne sait plus si on doit l’aimer ou le détester. L’auteur a fait un beau travail avec son personnage principal. Tellement peu chanceux et manipulé que l’on peut comprendre ce qu’il est devenu. Un personnage torturé avec une certaine noblesse dans l’âme. Un gamin qui a dû grandir trop vite. J’adhère complètement.

L’histoire en elle-même est pas mal. Quand j’ai lu le résumé, je me suis dit que ça allait être quelque chose de banal, du vu et revu. Et pourtant, même si l’idée générale peut paraître simple et déjà vu, l’auteur a su rendre son récit attrayant et nouveau sous certains angles.

J’ai trouvé dommage que l’auteur n’est pas pris le temps de développer la réaction de Rekk quand il apprend la vérité sur ses origines. Dans les deux cas, nous avons juste quelques lignes puis l’histoire enchaîne et on n’y revient plus. Dans l’ensemble du récit c’est quelque chose qui me manque. On ne sait pas ce que pense et ressent le personnage, il se contente de réagir. C’est le piège quand on fait une avance rapide dans l’histoire. L’enfance de Rekk est survolée, on ne s’arrête que sur les points marquants mais du coup on perd des informations. Si j’ai beaucoup aimé cette manière de faire, j’aurai aimé que l’auteur ralentisse de temps en temps pour qu’on comprenne mieux le personnage et donc ses réactions futures.

Dans ce livre comme dans « Faux frère, vrai secret », je regrette que les personnages secondaires et les situations ne soient pas plus approfondis. Je ne vais pas plus développer sous peine de spoile mais j’espère que certains situations que l’auteur a décrit seront utilisées dans le prochain tome parce qu’actuellement, je me demande bien l’intérêt.

En somme, ce livre m’a beaucoup plu et c’est sans aucune hésitation que je lirai le tome 2 quand ce dernier sortira. J’espère juste que l’auteur ne tombera pas dans l’excès avec du « seul contre tous » parce que pour l’instant, j’ai l’impression que le héros a quasiment tout le monde contre lui. Il ne me reste donc plus qu’à attendre la suite.

Note globale : 7,5/10

©Elwee

Publicités